La passion du cheval au Royaume-Uni

Habitant au Royaume-Uni depuis maintenant un an, j’ai décidé de mener une enquête sur la place du cheval en Angleterre et au sein de la famille royale.

Toutes les Britanniques en raffolent, la famille royale aussi : mais quel est donc ce phénomène et cet amour prononcé pour nos amis les équidés ? Pourquoi le quadrupède fait-il office de symbole national ?

la_famille_royale_dangleterre_a_-agence_rol_btv1b53101095s

La Grande-Bretagne a entamé très tôt sa révolution industrielle et agricole. Le cheval y a été précocement associé aux loisirs et aux courses notamment, alors qu’ils étaient encore perçus et utilisés comme un animal de travail sur le continent. Pour les Britanniques, l’équidé n’est tout simplement pas considéré ou associé à de la nourriture. C’est souvent le cas des animaux passés de la sphère du travail au monde domestique. Rappelez-vous en 2013, le scandale sur les plats préparés où a été retrouvée de la viande de cheval. Il existe tout de même une forme de gêne, un interdit associé à l’hippophagie qui s’est amplifié considérablement en Angleterre. Ce qui n’est pas plus mal si vous voulez mon avis…

J’en veux encore à ma mère de m’avoir fait ouvrir un steak de cheval lorsque j’avais 12 ans donc, vivre en Angleterre me convient très bien pour leur façon de protéger les chevaux. Soyons clairs, cela ne veut pas dire qu’aucun cheval n’est maltraité malheureusement il y a des gens sans cœur partout.

Depuis le Moyen Âge, où le développement de la chevalerie a été particulièrement important, la naissance d’une relation émotionnelle s’est nouée avec l’animal qu’on a paré d’une certaine noblesse.

Les chevaux dans la famille royale sont une longue tradition, il est vrai que les rois d’Angleterre ont toujours choyés et honorés leurs chevaux ; et pas seulement par goût de la chasse. Le grand père d’Elisabeth II, George V donna ce conseil révélateur à l’un de ses enfants : ‘Les Anglais aiment l’équitation. Si vous n’en faites pas, votre popularité en souffrira.’

7778741777_les-princes-charles-et-william-lors-de-l-anniversaire-de-la-reine-d-angleterre

Aujourd’hui encore, chaque événement majeur de la Grande Bretagne et de la famille royale, fait place aux grandes traditions équestres comme le ‘Golden Jubilee’ en 2003, ou ‘Trooping the colour ‘, chaque année en juin, ou encore le traditionnel ‘changing the Guards’ devant le palais de Buckingham, chaque matin où l’on peut apercevoir le fameux panneau disant « beware horses may kick or bite ! ». Tous les membres de la famille royale sont de vrais passionnés et pour la plupart ce sont tous de grands cavaliers.

La famille royale d’Angleterre adore les chevaux. Une passion qui remonte à des temps très anciens. Celle qui était alors la princesse Elizabeth a reçu son premier cheval à l’âge de 12 ans, en 1938, et toutes les générations de la famille royale partagent cet amour du cheval. Le prince Charles a transmis son goût du polo à ses deux fils tandis que les succès de sa sœur Anne dans les épreuves d’équitation sont relayés par ceux de Zara Philipps (aux JO en 2006), sa fille. Le prince Philip, duc d’Edimbourg, aime lui aussi le polo, ainsi que les courses d’attelage.

reine-elizabeth-ii

Les courses : l’une des plus prestigieuses est mieux connue sous le nom de Royal Ascot. Royal Ascot est tout simplement la course la plus populaire du Royaume-Uni. Elle attire chaque année les meilleurs chevaux du monde entier à concourir pour plus de £6 058 millions. Les noms des plus grands cracks sont tous gagnants de la Royal Ascot Race tels que Black Caviar, Frankel ou encore Yeats. En 2013, la Reine regardait son cheval, Estimation, gagner la Gold Cup. Une course initialement dédiée aux propriétaires de chevaux, elle a toujours assisté à cet événement depuis le début de son règne. Elle en a fait un événement emblématique en annonçant le début des courses, cette rencontre est l’un des plus surmédiatisée du Royaume-Uni.

1304324938_b973206814z-1_20140723143226_000_gua2s6a4q-1-0

5 jours de course pour sociabiliser. Longtemps considérée comme un spectacle de mode et de style, cette course est l’une des références des fashion show du monde entier.

Si vous êtes plus orientés polo aucun problème ! L’Angleterre sera sans aucun doute votre endroit préféré où pratiquer ce sport.

Le polo constitue l’un des sports favoris des têtes couronnées et des riches britanniques. Alors mesdames si vous voulez rencontrer le prince Harry, vous savez où aller… bien qu’il semble avoir trouvé une perle rare selon Kate et son bonheur auprès de Meghan Markle.

photos-du-prince-harry-et-du-prince-william-au-match-de-polo-ou-le-cheval-dharry-est-mort

Le saviez-vous ?
Contrairement aux idées reçues, le polo n’est pas né en Angleterre mais en Mésopotamie 2500 ans avant Jésus Christ. Plus qu’un jeu, ce sport originellement appelé Chaugan visait à reproduire une bataille miniature dans les Cours d’Asie et d’Asie mineure. Il ne se pratiquait donc pas avec deux équipes de quatre joueurs comme les règles actuelles l’exigent mais avec une centaine de cavaliers dans chaque équipe. Malgré ses origines éloignées avec la Grande-Bretagne, c’est néanmoins un Britannique, Sir Joé Sherer, qui est considéré comme le père fondateur de cette discipline. La raison : Bien décidé à apprendre les règles de ce jeu tactique, il est à l’origine du premier polo-club fondé en 1859 à Silchar dans l’Himalaya.

La Hurlingham Polo Association recense près de 90 clubs de polo répartis au Royaume-Uni et en Irlande. Les coûts associés à la pratique de ce sport expliquent en grande partie ce nombre relativement faible au regard de sa popularité Outre-manche. Pour jouer au polo, il faut en effet quatre à cinq montures (le cavalier doit en changer toutes les 7 minutes 30). Autant de chevaux implique ensuite d’avoir un lad pour s’en occuper, voire lorsque le polo est pratiqué à haut niveau, de faire venir son propre vétérinaire. Selon le tournoi, l’investissement peut facilement atteindre entre 40.000 et 50.000 euros. Un prix qui intègre non seulement l’achat des équidés mais aussi la selle, le casque, les bottes, le maillet, les genouillères, les gants… soit un équipement qui fait vite grimper la facture !

La chasse à courre est également l’une des plus grandes traditions britanniques. Etant contre les principes de la chasse à courre je préfère ne pas trop développer ce sujet. Disons que la tradition du lendemain de Noël est plus forte que jamais, bien qu’une loi l’interdise depuis 2004. Une loi controversée rend illégale la poursuite d’un renard ou d’un cerf avec une meute de chiens. Mais les campagnes font de la résistance, contournant la législation. La chasse à courre continue donc comme si de rien n’était. Ou presque. Les chasseurs doivent désormais faire très attention car des militants viennent filmer pour les prendre en flagrant délit. Mais la loi est pratiquement inapplicable et difficilement contrôlable. Depuis cette interdiction, aucun groupe de chasse à courre n’a fermé, même si certains ont dû réduire leur taille. Je vous laisse dire à la Reine que sa petite tradition familiale du dimanche matin est inacceptable.

tog67v8cn1hczu-khq4xapnlsgk

 Madame la Reine en raffole et le peuple anglais a tout simplement suivi la tendance il y a déjà quelques années ! Le cheval est plus qu’un sport c’est tout simplement l’ADN du pays.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s